jeudi 13 juin 2013

197 - Mais qui est-il ?



Un étrange personnage habite la cité mancelle, hante surtout les rues de la vieille ville de son ombre auguste qui passe, caméra dans la poche, casserole à la main.

Il ne supporte pas les gosses et leurs cris, les chiens et leur odeur, les femmes et leurs disgrâces menstruelles. Seule Farrah Fawcett fait exception à son dégoût de la féminilité : elle agrée miraculeusement à ses despotiques exigences esthétiques tout lui faisant oublier, par la grâce de son sourire magnétique, sa triste condition femelle.

Les poubelles du voisinage retiennent particulièrement son attention : à travers l’examen de leurs déchets, il aime nocturnement étudier les moeurs de ceux qu’il côtoie la journée.

Il poste des lettres d’amour anonymes à destination de sa voisine du dessous, dépose des tracts tout aussi anonymes dans les boites aux lettres de son quartier afin de prévenir la population de la présence de spectres au-dessus de leurs toits, lance des rumeurs loufoques sur INTERNET au sujet de l’actualité et des personnages politiques locaux, envoie des flagorneries au maire du Mans -qu’il signe de son nom en quatre parties dont il tire une stérile fierté-, écrit aux maires des petites communes limitrophes pour les critiquer, se moquer de leurs petits budgets, rire de l’insignifiance des patelins qu’ils administrent. Courriers gratuitement désagréables qu’il signe également de son nom à rallonge.

On le voit déambuler sur les bords de Sarthe quand il pleut, pédaler comme un coq déplumé sous le soleil d’été qu’il déteste, rouler sur les terre-plein -toujours les mêmes- avec sa voiture en y laissant la signature de ses pneus, filmer n’importe quoi dans le centre-ville...

Obsédé par le buzz sur INTERNET qu’il ne parvient décidément pas à obtenir à travers ses vidéos dans lesquelles il interprète ses propres écrits, il cherche d’affables et avenantes étudiantes chinoises à l’Université afin de leur proposer de les filmer en train de lire ses textes. Et à défaut de trouver de jeunes beautés asiatiques, il accepte de filmer quelque iroquois drogué dans le parc de la ville, des inconnus rencontrés aux hasards de ses déplacements domestiques. Et même sa voisine, actrice de métier, bien que d’un certain âge..
.
Les gens regardent passer ce curieux manceau, circonspects. Aucun ne l’a vu encore partir le matin au travail, toutes ses journées il les passe à faire du vélo, lorgner les poubelles, marcher sur les pavés en quête d’on ne sait quoi avec un trépied sur l’épaule, sa caméra fixée au bout, l’air vague, sa sempiternelle casserole à la main.

Mais qui est cet intrus urbain que certain appellent “l’esthète farfelu”, d’autres le “dingue du Mans”, voire “le nobliau des poubelles”, qui pourra le dire ?

Moi en tout cas, je pose la question à mes lecteurs et surtout aux habitants du Vieux-Mans.

VOIR LA VIDEO :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qui est Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Ma photo
Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j’ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon coeur, un diamant indestructible d’un éclat indescriptible. Cet éclat transcendant, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes oeuvres. Est-ce une grâce de me lire, pensez-vous? Osons le croire. CONTACT : raphael.de-izarra@wanadoo.fr