jeudi 13 juin 2013

186 - L'évêque au bordel


Monseigneur Grausquouille, évêque du Mans, accessoirement grand latiniste et fin lettré, se retrouve comme chaque dimanche après la messe au bordel de la ville en grande conversation auprès de sa pécheresse favorite, la “grande Berthe”, créature de petite vertu mais de belle taille qui agrée généralement aux hommes d’église de son rang.
 
Bref, rien que de très banal.
 
Distrait par la routine, l’évêque s’aperçoit à peine du changement de comportement chez sa maîtresse.
 
Du début à la fin du procès charnel, en effet, l’infante coquine n’a eu de cesse de compter les coups de boutoir reçus de la part de son illustrissime client .
 
- Diantre foutre-couille de fichtre nom d’un curé de campagne et par le trou du cul du pape ! Mademoiselle la salopine, qu’avez-vous donc à calculer drôlement de la sorte, en pure perte me semble-t-il, pendant que je vous fourre vertement le séant de ma monseigneuresque et néanmoins juteuse pine-à-vaches ?
 
- Monseigneur Grausquouille, aimable monsieur, c’est que j’ai décidé de changer les règles de ma comptabilité et de vous facturer à partir d’aujourd’hui chaque coup de bite que vous voudrez bien me donner et dans le cul et dans le con. Aujourd’hui ce fut exclusivement dans le trou à purin. Et, pardonnez-moi Monseigneur, mais vous êtes monté comme un authentique bougre russe, ce qui n’est pas peu de chose de recevoir chaque dimanche au fond de soi un si rude hommage...
 
- Ha ! Scélérate que vous êtes ! Que ne suis-je pape afin de vous foutre à ma guise sans rien vous devoir ! Et combien d’écus souhaitez-vous que je vous abandonne pour vous empiner le cul en toute licence et sans dommage pour mon plaisir ?
 
- Vous venez de me rentrer et sortir votre couillonneuse crosse-à-foutre par vingt fois de suite dans la culasse, Monseigneur. Il vous en coûtera par conséquent 20 euros.
 
- Quoi ? Deux bancs de quête pour vous foutre mon ecclésiastique quêquête dans le grouille-merde ? Mais c’est du vol ! Et même du grand vol !
 
- Non Monseigneur, c’est du rase-motte.
 
VOIR LA VIDEO :










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qui est Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Ma photo
Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j’ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon coeur, un diamant indestructible d’un éclat indescriptible. Cet éclat transcendant, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes oeuvres. Est-ce une grâce de me lire, pensez-vous? Osons le croire. CONTACT : raphael.de-izarra@wanadoo.fr